Hotel de la plage

18 juin 2007

TARIFS

 

SAISON 2007

Prestations

Côté Mer

Côté falaise

Chambre de 1 à 2 personnes

65euros

55euros

Chambre de 2 à 3 personnes

69euros

Demi-pension

( 2 pers. et 3 nuits mini. )

60euros / jour / pers.

Petit déjeuner

Buffet complet : 7euros

Taxe de séjour

0,50 / jour /pers.

Lit supplémentaire

8euros

Supplément Animaux

8euros

Toutes nos chambres sont équipées de :

Douche, W.C, téléviseur, mini réfrigérateur,

coffre particulier, téléphone direct.

Posté par hoteldelaplage à 22:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 juin 2007

Photo

lafranqui

Voici La Franqui... avec la falaise!!

Posté par hoteldelaplage à 23:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2007

Présentation


Au Nord du Cap Leucate, nichée sous des pins centenaires, adossée au plateau de la falaise, la situation de l'endroit est particulièrement intéressante, on peut aussi bien y profiter des joies de la côte rocheuse du pied de la falaise que de l'immense plage des Coussoules dont les 8 kilomètres de sable fin permettent tous les sports de glisse, sur l'eau, bien sûr, mais aussi sur terre. C'est le paradis des chars à voile, des speed sails, cerfs volants et autres engins roulants plus ou moins identifiés... L'histoire de La Franqui est indissociablement liée à celle du plus célèbre de ses enfants, l'écrivain-aventurier Henry de Monfreid dont la belle famille avait su amorcer le développement du tourisme à cet endroit. L'hôtel restaurant qui avait été créé par elle au début du siècle était un haut lieu de la gastronomie et a reçu des hôtes illustres dont le peintre Paul Gauguin n'était pas le moindre. La Franqui a été la première station balnéaire de l'Aude.

        Le Port

Le massif de la falaise a toujours constitué un mouillage sûr pour les bateaux qui viennent se réfugier dans l'anse de La Franqui par grosse tempête de vent marin. C'était d'ailleurs le seul abri naturel de la côte, entre Port-Vendres et Agde. Ceci explique le nombre très important de naufrages que les côtes leucatoises ont connu : tous les navires n'arrivaient pas à atteindre La Franqui à temps, et certains s'échouaient avant sur la plage des Coussoules ou se fracassaient sur les rochers de la falaise.
L'intérêt de ce site a logiquement suscité des projets d'aménagement d'un port. Le premier connu remonte au XIIIème siècle et il est ressorti ensuite régulièrement au fil du temps : Vauban était prêt à lancer l'opération, Paul Riquet, le concepteur du canal du Midi, avait prévu initialement d'y faire déboucher son canal, même Bonaparte s'intéressa aussi à un futur port.
Le dernier projet remonte à 1857, mais aucun d'entre eux ne vit jamais le jour...

        Henry de Monfreid

Henry de Monfreid est né à La Franqui en 1879, pays de sa mère Amélie. Il y passera toute sa jeunesse avant de rejoindre ses parents à Paris, mais chaque été le retrouvait ensuite ici.
Attiré par le goût de l'aventure, il s'embarque en 1911 pour l'Ethiopie, sur les rives de la Mer Rouge, où il mènera une vie très mouvementée, sur terre comme sur mer, allant jusqu'à pratiquer des trafics aussi peu orthodoxes que celui des armes et du haschich. Sa vie fut tellement riche en péripéties qu'elle lui donna matière à écrire 80 livres au total. Le premier, Les secrets de la Mer rouge (publié en 1931) connut très vite le succès, au point d'inspirer à Hergé une des aventures de TINTIN, Les cigares du pharaon dans laquelle Henry de Monfreid joue son propre rôle de capitaine de boutre, trafiquant d'armes. Il se fit construire une villa face à la mer et à la grande plage des Coussoules, où il aimait revenir séjourner régulièrement.

        Bertrand

C'est l'arrière grand-père maternel d'Henry de Monfreid, Pierre Bertrand, qui le premier investit à La Franqui en achetant en 1858 deux grands bâtiments, où il aménagea des logements meublés. Son fils Esprit prit la relève, mais l'impulsion décisive sera donnée par Emile Bertrand, le beau-frère d'Henry de Monfreid. Architecte de métier, il fit une brillante carrière à Paris et se vit confier d'imposants chantiers : le casino de Biarritz, le Palmarium de Pau, la Caisse d'Epargne de Narbonne et le Palais d'Hiver du Jardin d'acclimatation de Paris. Resté toujours très attaché à La Franqui, il s'est impliqué dans le développement touristique de la station : il a réalisé à ses frais la route d'accès à la gare, construit en 191O la digue située à l'extrémité de la plage, derrière laquelle il fit édifier les premières villas du lieu, qu'il vendit toutes meublées aux premiers habitués. Il donna une dimension nouvelle à l'établissement familial en y ajoutant un hôtel restaurant de grande classe : l'Excelsior.

        Les artistes

Depuis plus d'un siècle, La Franqui a été fréquentée par des artistes renommés. Le premier fut Daniel de Monfreid, le père d'Henry, qui fut un très bon peintre. La fortune de son père américain lui permettait de ne pas avoir besoin de vendre ses toiles et surtout de mener grand train en recevant chez lui des artistes aussi talentueux qu'Aristide Maillol, Degas, Matisse, et surtout Paul Gauguin qui devint son meilleur ami. Ce dernier sera reçu à La Franqui, à l'Excelsior, propriété de de la belle-famille de Daniel. Il sera, dit-on, l'initiateur de la terrasse de l'établissement d'où l'on jouit d'une belle vue sur la mer. Henry de Monfreid, en plus de son talent d'écrivain, avait une prédisposition évidente pour le dessin et il réalisa de fort belles aquarelles tout au long de sa vie. Pendant la dernière guerre, un artiste vint se réfugier à La Franqui, Pinet de Gaulade, qui devait y rester plus de 30 ans. Ses tapisseries et ses patchworks le firent connaître très vite. De nos jours encore ce village abrite des artiste renommés notamment Patrick Chappert-Gaujal.

Posté par hoteldelaplage à 00:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]